merci-t-a-tous-toutes

Mai08

L'hebdo du Sèvre et Maine vendredi 3 mai 2013

 Contre l’aéroport, ils appellent à former une chaîne humaine

20130503 Sevre et Maine

La section de Vertou-Saint-Sébastien du collectif anti-aéroport relaie dans le Sud-Loire l’appel à un grand rassemblement le samedi 11 mai, à Notre-Dame-des-Landes.ontre l’aéroport, ils appellent à former une chaîne humaine

Ils auraient assez d’arguments pour remplir la carlingue d’un avion. Plus le temps passe et plus les anti-aéroport se nourrissent d’éléments justifiant “l’absurdité de transférer les pistes à Notre-Dame-des-Landes”. La section Vertou-Saint-Sébastien, qui regroupe aussi des militants de Haute-Goulaine et des Sorinières, les relaye aussi dans le Sud-Loire, au même titre que leurs homologues de Vallet, Vertou, Clisson ou encore Aigrefeuille. Ils sont des centaines de membres.
Sur Vertou, ils sont une trentaine à être mobilisé depuis la fin d’année, et la manifestation de novembre qui avait accueilli 40 000 personnes malgré le froid, la pluie, la boue et le climat de tension. “La plupart d’entre nous sont pourtant plus proches politiquement du gouvernement que de l’ancien. Mais, ce n’est pas parce qu’on a voté François Hollande qu’on a donné un blanc-seing à son équipe”, lance Brigitte Héridel, militante écologiste et ancienne candidate aux cantonales.
“Bobards”
“Surtout qu’ils cumulent les bobards sur le dossier. Chaque élu y va de sa démagogie. Le pire, c’est quand on rencontre les élus locaux. On en sait plus sur le sujet qu’eux. Ils se contentent de dire que c’est une chance pour le territoire, sans vraiment argumenter. Comme leur parti approuve, ils approuvent. Ils font du suivisme”, ajoute Bernard Pequeret.
Sur le fond du dossier, ils contrecarrent un à un les motifs de transfert de l’aéroport Nantes Atlantique à Notre-Dame-des-Landes. Pour plus d’emplois ? “Pas certain du tout, répond Michel Colibet, de Saint-Sébastien. Si on soustrait les emplois qui seront perdus autour de Bouguenais, avec les sous-traitants, et ceux découlant de l’activité agricole sur place (500 à 700), il n’est pas avéré que l’aéroport dit du “Grand Ouest” sera créateur d’embauches au final. Au mieux, le bilan serait neutre. En tout cas pour le Sud-Loire, ce serait une vraie catastrophe. Et même pour la construction, on sait où Vinci va chercher sa main-d’œuvre dans ce type de projet”.
Pour moins de nuisances ? “Aujourd’hui, il y a 5 000 personnes concernées par les gênes liées au bruit, pour 50 000 mouvements par an (plus de 55 décibels). Certes, il n’y en aurait pas plus à Notre-Dame, mais cela ne suffit pas. Il y en a quatre fois plus à Toulouse et il n’y a pas de transfert de programmé. De plus, le bruit a été réduit de 70 % en 40 ans. Les améliorations de technique de construction devraient encore le diminuer de 20 % d’ici 2020″.
Désastre environnemental
Plus de sécurité ? “La dangerosité de l’aéroport Nantes Atlantique n’est pas supérieure à bien d’autres équipements de ce genre. C’est ce que disent plusieurs rapports de pilotes et de classement des autorités”.
En revanche, les anti-aéroport savent ce qu’engendrerait un transfert dans le nord du département. “Un vrai désastre écologique, contraire au Grenelle de l’environnement qui vise à atténuer les étalements urbains”, insiste Dominique Parois, de Saint-Sébastien. “D’abord, ce serait près de 1 000 hectares de terrain qui seraient artificialisés. Ensuite, il serait impossible de compenser les zones humides détruites par le projet puisque la loi oblige à créer le double de ce qui est bétonné ; ce qui est logique, car leur rôle est primordial sur le climat, la qualité des eaux, la dépollution. Alors oui, ils ont voulu passer outre, en proposant une méthode expérimentale : si c’est accordé, c’est la fin de leur protection. Enfin, le transfert entraînerait inévitablement des circulations sud/nord intenses qui accentueraient les pics de pollution en CO2″.
Et le collectif d’ajouter que “l’aéroport actuel est loin d’être saturé et n’est pas près de l’être”. “Seuls les parkings pourraient l’être. Face à ce problème, il y aurait des solutions simples comme pousser une ligne de tramway, la ligne de chemin de fer, ou construire des silos à voiture”.
La section invite tous les opposants et les sceptiques à participer à la grande chaîne humaine prévue le samedi 11 mai, à partir de 14 h. De 25 km, elle entourera la zone retenue pour le projet. “Il faudra être au moins 25 000 pour réaliser le défi. Si on est plus on fera deux tours,” sourit Michel Colibet. Les militants appellent au covoiturage pour rejoindre le mouvement. Cohérent jusqu’au bout.
Chaîne humaine le samedi 11 mai, à partir de 14 h, à Notre-Dame-des-Landes. Solutions de covoiturage. Renseignements sur www.chaine-humaine-stop-aeroport.org.

 

Article sur le site L'hebdo du Sèvre et Maine : http://www.lhebdodesevreetmaine.fr/2013/05/03/contre-l%E2%80%99aeroport-ils-appellent-a-former-une-chaine-humaine/

Contre l’aéroport, ils appellent à former une chaîne humaine

La section de Vertou-Saint-Sébastien du collectif anti-aéroport relaie dans le Sud-Loire l’appel à un grand rassemblement le samedi 11 mai, à Notre-Dame-des-Landes.

engagement-explications-basdepage

basdepage1-facebookbasdepage2-twitterbasdepage3-youtubebasdepage4-fluxrssbasdepage5basdepage6-acipabasdepage7-zadbasdepage8-scoopit
Accueil | Pourquoi ? | Accès à NDDL | Organiser la mobilisation | Je m'engage | Je fais un don | DOSSIER DE PRESSE | Contact | Mentions légales  -
Conception © 2013 Chaîne Humaine Citoyenne contre le projet d'aéroport de Notre Dame des Landes - Tous droits réservés
- www.chaine-humaine-stop-aeroport.org   Propulse par Joomla